Communiqué de la Ville du Raincy

L’ÉTAT IMPOSE AU RAINCY UNE RÉQUISITION POUR 4 SEMAINES MAXIMUM

 

Le Préfet de Seine-Saint-Denis a réquisitionné la salle omnisport municipale du 26 avenue Thiers pour y installer temporairement sur une durée maximale de 4 semaines, des personnes sans logement et en provenance de Paris.

 

Cette réquisition est celle de l’Etat et la Ville ne peut s’y soustraire. Le Maire du Raincy a réagi vivement à cette réquisition car il a été prévenu par téléphone à peine 48 heures avant l’arrivée de ces personnes.

 

C’est l’Etat qui prendra en charge les frais afférents à leur hébergement en terme de nourriture et de couchage.

 

La Ville, elle, sera remboursée des frais engagés en particulier pour la mise en sécurité du site.

 

La piscine continuera à fonctionner pendant cette période, les élus du Raincy étant très vigilants à séparer les entrées pour les publics différents.



C’est donc dans l’urgence que la ville retrouvera les créneaux nécessaires sur d’autres structures afin de perturber le moins possible le fonctionnement sportif de la Ville.

 

Le Maire a fait savoir au préfet qu’il lui semblait intolérable que l’Etat agisse dans la précipitation, dans la coercition et qu’en particulier, le département de la Seine-Saint-Denis ne pouvait être le réceptacle d’une politique en amont qui vise la plus grande des libertés quant à l’entrée sur le territoire français, lorsque c’est ensuite aux villes de se soumettre à cette imposition de l’Etat.

 

Pour mémoire selon le Préfet, seules les villes qui ne sont pas inscrites dans le cadre de la politique de la ville ont été depuis plusieurs années désignées pour recevoir temporairement ces personnes en déshérence.

 

La ville du Raincy est la dernière de celles-ci à être soumise à l’obligation de l’Etat.

 

Tous les moyens de la ville du Raincy seront mis en oeuvre pour qu’aucune perturbation ne soit ressentie par les Raincéennes et les Raincéens.

 

C’est l’engagement solennel de Jean-Michel Genestier, Maire du Raincy.

 

PDF iconTélécharger le communiqué en pdf