« Les 100 marches » réhabilitées

 Samedi 21 juin, l’escalier reliant l’allée du Réservoir et l’allée de Montfermeil, plus connu sous le nom des « 100   marches » a été rouvert au public, suite aux travaux de réhabilitation menés par la Ville.

 

 A cette occasion le Maire, Jean-Michel Genestier, en présence de plusieurs élus et de riverains venus fêter l’événement, a coupé le traditionnel ruban tricolore.

100 Marches

 Les travaux menés ont permis la réparation de l’assainissement, la reconstruction de l’escalier et le remplacement de   l’éclairage public.

 

Un peu d’histoire…

Au XVIIIème  siècle, lors de l’aménagement du parc à l’anglaise, l’eau manquait au sud du domaine pour alimenter les réalisations de pièces d’eau grottes et sources. C’est au paysagiste Pottier, que l’on doit le captage des Sources de la Saint-Fiacre et du Martelet et leur acheminement par aqueducs à partir de 1771.

Les eaux venant de Gagny et Clichy se rejoignaient à l’actuel carrefour du Boulevard du Midi et de l’Allée de l’Ermitage, pour se déverser dans un immense lac artificiel, un « Réservoir » à l’angle de l’Allée des Hêtres et du Réservoir (voir le tableau de Valère Lefebvre, Salle du Conseil, Hôtel de Ville 1877).

De là, une rivière dévalait la pente abrupte pour alimenter rivières, grotte et pièces d’eaux à l’anglaise.

100 Marches

Vers 1880, les rivières étaient asséchées, les aqueducs n’aliment plus le réservoir ;   ne subsistait que le « lac de l’Orangerie ». Le réservoir, vidé de son eau  retrouva son sol en terre ferme.

Du haut de l’Allée du Réservoir, pour  gagner l’allée des Maisons Russes et l’allée de Montfermeil, la déclivité était trop importante pour y aménager une voie.

Des portions d’escaliers, à l’origine, adoucissaient la montée puis le nombre de marches fut augmenté pour devenir, plus tard, l’escalier des 100 marches !